Dans le cadre de ma deuxième année de DUT MMI, nous devions étudier différents extraits de films. Nous étions libres de choisir les films et les extraits afin d'analyser les quatres entrées possibles au cinéma, autre que l'image : la voix, l'ambiance, la musique et les effets spéciaux. Pour l'instant l'ensemble des extraits ne sont pas analysés, une fois terminés ils seront mis en ligne.
Spoiler Alert, Vous êtes prévenus…

Funny Games U.S

-On ne fait pas de meurtre sans casser des oeufs-

Funny Games U.S. est un thriller sortie en 2007 et réalisé par Michael Haneke. Le film raconte l'histoire d'Anna, George et leur fils, venant tout juste d'arriver dans leur maison de campagne. Ils ont organisé un golf avec des amis du coin. Tandis qu'Anna prépare quelque mets pour accueillir tout le monde, deux frères élégants, polis et soignés vont venir jouer à un jeu avec Anna, George et leur fils, un simple pari : la famille foit parier qu'elle sera en vie dans neuf heures, et les deux jeunes psychopathes habillés en blanc parient le contraire.

L'extrait sera ici.

L'extrait se déroule au début du film, c'est en réalité le début du cauchemard pour la famille. Depuis le debut du film il ne se passe que des choses très banales. Au début de l'extrait George et le fils sont dehors, sur le bateau et Anna est au téléphone dans la cusine tout en préparant de quoi recevoir. C'est alors que le petit Georgie revient vers sa mère, demandant un couteau pour son père, Anna s'éxécute. Puis le fils revient, cette fois l'air plus grave, informant sa mère de la présence de quelqu'un sur un ton inquitant. Le "quelqu'un" c'est Peter, un des deux jeunes en blanc venant quérir des oeufs pour l'amie ne commun qu'il a avec Anna. Le jeune homme est très manièré, à un tel point que c'en est presque gênant, ils dicutent mais Peter semble ailleurs. une fois les oeufs donnés et Peter parti, ont l'entend juré : il a échappé les oeufs. Il laisse alors Anna nettoyer et revient ensuite poliment, mais insistant pour avoir de nouveaux. Il renverse alors le téléphone dans l'evier rempli d'eau, s'excuse, prend les oeufs puis s'en va.
Quelques secondes plus tard le chien aboie, et Peter et Paul sont cette fois tout les deux dans la maison, sous prétexte que Peter a peur des chiens. Paul aperçoit au même moment les clubs de golf disposés dans l'entrée, il insiste alors pour en essayer un.
Durant cet extrait il se passe pleins de choses déterminante pour la suite du film, comme par exemple le téléphone tombé à l'eau, empechant les personnage de communiquer avec l'exterieur. ou bien le fait qu'il prenne un club de golf, ce n'est pas pour aller l'essayer…

Fermer

Victoria

-No Women No Cry-

Victoria est un film dramatique allemand, réaliser par Sebastian Schipper et sorti en 2015. Il retrace la soirée mouvementée d'une jeune espagnole, Victoria, habitant depuis peu à Berlin, durant cette soirée elle rencontre Sonne, un gars plutôt cool qui la présente à ses amis : Boxer, Fuss et Blinker. Ils passent la soirée tous ensemble, mais au petit matin Boxer est embêté, il a passé un marché avec un codétenu du temps où il était prisonnier : il doit braquer une banque. Le boulot doit être fait à quatres mais Fuss est trop ivre pour conduire, c'est alors que Victoria va se retrouvé embarqué dans une histoire pas possible. L'interêt de ce film est qu'il est filmé en caméra portée et en plan séquence, ainsi on a l'impression de faire parti du groupe. Le plan séquence apporte toute sa richesse en définissant l'échelle temps-fictif/temps-réel à un.

L'extrait aussi.

L'extrait se passe vers la toute fin, après avoir été retrouvés suite à un braquage, Blinker et Fuss sont morts ou apréhendés, Victoria a réussi à s'échapper avec Sonne, mais celui-ci a été touché par une balle, ils se réfugient dans un immeubles, rentrent chez des gens, s'y changent et en viennent même à "emprunter" le bébé de la famille chez laquelle il se sont introduit pour passer à travers les mailles de la police. Ils prennent ensuite une chambre d'hotel pour évaluer les dégâts, Sonne, déjà affaibli, sait qu'il va y rester et fait ses adieux à Victoria, après sa mort Victoria va pleurer, cette scène est d'autant plus forte que le film est tourné en plan séquence, ce qui veut dire que l'on va voir, en tant que spectateur, toutes les étapes de la lamentation de Victoria, de la premières larme, jusqu'au petit sanglot et les yeux rouge post-pleur. On obtient une cinq minutes à la fois émouvante, malaisante et juste.

Fermer

Un bon film

-Avec une bonne voix-

il arrive, promis.

Le fameux extrait.

Fermer

It Follows

-Scène finale-

It Follows est un film d'horreur sorti en 2014 et réalisé par David Robert Mitchell. Le film d'horreur ne se repose pas sur des jumpscares aléatoires pour effrayer le pauvre spectateur surpris. La peur peut être présente, mais c'est surtout l'angoisse qui va s'installer tout au long du film. En effet le personnage principal, Jay est une jeune fille tout ce qu'il y a de normal : elle va en cours, voit ses amis, et sort avec son petit copain. Cependant ce dernier après une scène de sexe va la chloroformer et a son réveille elle va apprendre que Hugh (ce chic type) a couché avec elle dans le but de lui transmettre une MST (Malédiction Sexuellement Transmissible).
La dernière victime de cette malédiction est condamnée à se faire traquer par un être pouvant prendre l'apparence de n'importe qui, et ayant pour unique but de tuer la dernière personne l'ayant contracter, puis traquer la personne précédente, jusqu'au début de la chaîne. Seule point positif : cette chose qui traque les héros ne fait que marcher, pratique pour garder ses distances, à conditions de ne pas baisser son attention
Et c'est d'ailleurs ce que créee le film, une sorte de paranoia quand on voit les héros dans la rue, tout le monde marche, parfois en direction de Jay, des fois on pense qu'il s'agit du ~suiveur~ mais ce n'est en fait que de simples passants, et parfois on pense qu'il s'agit de simples passants et c'est la fameuse créature.

l'extrait sera ici sous peu, promis juré

Cet extrait est la scène finale du film. Bien qu'il soit court (il dure environ 40 secondes), il résume parfaitement l'ambiance générale du film qui s'est construite tout au long de l'histoire.
En effet dans ces quelques ultimes secondes on y voit le personnage principal Jay et son petit ami Paul (à qui elle a transmis la ~malédiction~ dans la scène précédente) marchant main dans la main sur une allée. Rien de plus banale qu'un voisin qui balaye les feuilles de son jardin tandis que les oiseaux gosillent.
Un cut rapide sur un plan américain : les deux personnages de face, l'air plutôt grave. Ce cadrage nous dévoile alors l'arrière-plan, R.A.S. Puis un plan sérré sur les mains des deux amants, de nouveau un plan américain de face révélant cette cette fois personne au loin (mais pas assez loin pour être serein!), marchant sur la même allée que les deux personnages. On comprend alors que Jay et Paul sont, à priori, toujours ~maudits~.
Il faut également noté l'absence de la petite musique électronique ou bien les sons graves auxquels nous avait habitué le montage. Ces sons qui intervenaient lorsque le ~suiveur~ rodait dans les parages. En tant que spectateur on est alors dérouté : est-ce vraiment lui? De plus on se projette beaucoup plus facilement dans la situation, et alors que la dite personne s'approche petit-à-petit et que l'on essaye désespérement de savoir s'il s'agit ou non du ~suiveur~ : cut plan pied de dos sur les amants. L'angoisse monte alors tandis que l'on voit (et entend) des enfants qui jouent à l'arrière-plan. La séquence se termine alors sur un cut au noir, Laissant plusieurs questions survenir : Jay et Paul sont-ils assez crédules pour penser être venu à bout de cette chose ? ou bien se sont-ils résolue à mourir, main dans la main? quoiqu'il en soit, il y a de quoi devenir parano dans la rue!

Fermer

Funny Games U.S

-Le regard pas funny du tout-

Funny Games U.S. est un thriller sortie en 2007 et réalisé par Michael Haneke. Le film raconte l'histoire d'Anna, George et leur fils, venant tout juste d'arriver dans leur maison de campagne. Ils ont organisé un golf avec des amis du coin. Tandis qu'Anna prépare quelque mets pour accueillir tout le monde, deux frères élégants, polis et soignés vont venir jouer à un jeu avec Anna, George et leur fils, un simple pari : la famille foit parier qu'elle sera en vie dans neuf heures, et les deux jeunes psychopathes habillés en blanc parient le contraire.

L'extrait arrive bientot !

Une analyse un peu plus courte, pour évoqué un procédé déroutant utilisé dans Funny Games U.S.
George vient d'etre agréssé par Paul après une hausse de voix, la silhouette des personnages des deux jeunes se dessine alors. Ils insinuent que Paul a tué le chien et force Anna à le retrouver en jouant à chaud froid, hormis la situation qui est horrible, le personnage de Paul va jeter un regard malicieux à la caméra, comme si le spectateur participait à la scène, pour de vrai, sans pour rien faire. De plus cela peut donner l'impression que Paul a conscience de l'audience, ce qui peut créer un malaise ou même une sorte d'insécurité.

Fermer

Wrong

-Le dialogue absurde-

Wrong est une comédie française, réalisée par Quentin Dupieux et sortie en 2012. On y suit la vie paaaassionnante de Dolph Springer. Il a son petit train de vie et à l'air de tenir à sa routine. En effet tout les jours il se rend au travail, dont les bureaux sont soumis à de forte précipitations, à l'intérieur, alors qu'il a été viré il y a trois mois, dans un monde où les sapins se changent en palmiers, où les jardiners réssuscitent et où des gens repeignent spontannement les voitures.
Cependant un beau matin, Paul est aux abonnés absents. Paul c'est le chien de Dolph, et il tient beaucoup à son chien, il est alors boulverser et tente de mener l'enquête. Il rencontre alors Master Cheng, qui a kidnappé Paul pour que Dolph ne soit que plus heureux de le retrouver. Master Cheng est rodé, en effet il n'est pas à son premier coup d'essai, cependant premier bémol dans sa carrière : il a égaré Paul. L'enquête continue donc.

L'extrait est en chemin.

L'extrait se situe au début du film, Dolph ne trouve pas son chien, il s'inquiète un peu et décide d'appeller spontannement le numéro inscris sur une pub de livraison de pizza, il va alors discuter sur le logo de la compagnie avec une femme dénommée Emma, que l'on ne voit pas à l'écran. au bout d'un moment le jardinier de Dolph arrive à l'arrière-plan, il contact son patron par téléphone, alors qu'ils sont à à peine une vingtaine de mètres l'un de l'autre, on peut d'ailleurs entendre l'echo dans le téléphone. Cette effet rajoute du naturel à cette scène ui est au fond tout à fait absurde. A la fin de la scène, le cadrage est fait de tel sorte qu'on dirait qu'un arbre sort de la tete du personnage, ce qui peut traduire de son état un peu végétatif.

Fermer

Drive

-Sur les chapeaux de roues-

Drive est un thriller américain réalisé par Nicolas Winding Refn, il sortit en 2011. Drive raconte l'histoire d'un personnage dont un ignore le nom, le jour il est cascadeur et la nuit il se vend en tant que "driver" pour le crime organisé. Un de ses amis a besoin d'argent pour se lancer dans un projet de courses automobiles dans lequel il compte bien entraîner Ryan (on l'appellera Ryan puisque que c'est Ryan Gossling l'acteur). Au même moment Ryan rencontre sa voisine, Irène. Alors que l'alchimie opère entre les deux, le mari emprisonné d'Irène, Standart(de son prénom) est libéré. Bien que les débuts soient difficiles entre les deux hommes, ils finissent par sympathiser. Surtout Standart qui est est un peu dans le pétrin à cause de mauvaise rencontre à la prison. Ryan décide donc de rectifier le tir pour protéger Irène. Cependant le braquage ne se passe pas comme prévu et Standart meurt, il va alors chercher à protéger Irène en éliminant toute menace.

[Un extrait de film]

La bande originale de Drive est magnifique, difficile de choisir un extrait tant la musique a une place importante dans le film. Cependant on pourrait retenir la dernière séquence. Ryan a déjà éliminé un bon paquets de personnes, et il n'en reste plus qu'une : Bernie, qui ne veut pas lacher l'affaire. Ce dernier propose a Ryan de se rencontrer afin de discuter et trouver une solution, mais personne n'est dupe, Bernie veut clairement la peau de Ryan et récupérer les sous au passages.
Lors de la rencontre, un son grave et long retentit, ce genre de son est peu utilisé dans le film, ce qui accentue encore plus la gravité de la scène. Puis, comme à chaque fois que Ryan prend une décision, on entend "I Drive" de Cliff Martinez et puis le son ambiant s'efface rajoutant une dimension émotionnel, en effet la scène est plutôt lente, ce qui permet au spectateur d'essayer d'anticiper les faits pensées ou faits de Ryan. En rajoutant à cela un jeu d'acteur simple, efficace et plutôt juste, on comprend que Ryan va se livrer. Il conduit Bernie à la voiture, où il recelait l'argent. On suit en parallèle l'échange qu'ils ont eut auparavant. Cependant la musique garde le même flux à travers les flashbacks, ce qui permet de garder une certaine continuité dans l'action, puis arrive le moment où Ryan se fait poignardé, et rend la pareil à son assaillant, au final le plan de termine sur les ombres des deux personnages, un au sol et l'autre debout, après quelques secondes d'extrême analyse de l'ombre toujours debout, toujours sur la même musique, on comprend que c'est une victoire par K.O pour Ryan!
Bléssé et épuisé par sa partie de chasse à l'homme, (ou plutôt "aux hommes") Ryan s'en va contempler un coucher de soleil quelque part dans sa voiture. Cette fois-ci pas de musique, ce qui le rend très "mort", MAIS arrive alors "A Real Hero" en fade-in, (morceau de College) qui est en quelque sorte l'hymne de Ryan et Irène. On comprend alors que c'est pas fini, peut-être une happy-end? Eh bien non, il préfère s'exiler sûrement pour protéger Irène (de lui-même?)…

Fermer

Wrong

-Bonne Résolution-

Wrong est une comédie française, réalisée par Quentin Dupieux et sortie en 2012. On y suit la vie paaaassionnante de Dolph Springer. Il a son petit train de vie et à l'air de tenir à sa routine. En effet tout les jours il se rend au travail, dont les bureaux sont soumis à de forte précipitations, à l'intérieur, alors qu'il a été viré il y a trois mois, dans un monde où les sapins se changent en palmiers, où les jardiners réssuscitent et où des gens repeignent spontannement les voitures.
Cependant un beau matin, Paul est aux abonnés absents. Paul c'est le chien de Dolph, et il tient beaucoup à son chien, il est alors boulverser et tente de mener l'enquête. Il rencontre alors Master Cheng, qui a kidnappé Paul pour que Dolph ne soit que plus heureux de le retrouver. Master Cheng est rodé, en effet il n'est pas à son premier coup d'essai, cependant premier bémol dans sa carrière : il a égaré Paul. L'enquête continue donc.

Il y aura l'extrait ici-même

L'extrait est la scène finale du film, après avoir percuté une autre voiture sur la route, il voit Paul dans le bus, le chien descend alors du bus et retrouve tranquillement son maître. Un léger Fade-In permet de mettre "Resolution" interprétée par Tahiti Boy And The Palmtree Family et Mr.Oizo lui-même. C'est la première musique entrainante du film, quand Dolph retrouve enfin son chien. Le morceau s'appelle "Resolution" et l'intrigue est résolue, c'est pas beau? Dolph est tellement heureux, qu'il appelle son voisin, parti quelques temps auparavant en voiture, on le voit alors sur ce qui semble être un désert de sel, et le film s'arrete là-dessous. Hormis le voisin exilé, l'histoire est au final retournée au début, Dolph va pouvoir reprendre son petit train de vie. Toutes les péripéties s'annulant à merveille. Par exemple (accrocher vous) le personnage d'Emma, qui prenait Victor pour Dolph, et pour ainsi dire l'amour de sa vie venait pertuber Dolph chez lui tandis qu'il cherchait à communiquer avec Paul grâce à un lien spritiuel entre un chien est son maître (technique expliquée par Master Cheng dans son livre, le deuxième volume, parce qu'il renie tout ce qui est dit dans le premier), et bien cette Emma va se faire tuer par Victor (le jardinier) dans une scène totalement improbable sur une plage, avec leur fils alors qu'aucune elipse temporelle ne semble avoir été utilisée.

Fermer

It Follows

-A la trouble fontaine-

It Follows est un film d'horreur sorti en 2014 et réalisé par David Robert Mitchell. Le film d'horreur ne se repose pas sur des jumpscares aléatoires pour effrayer le pauvre spectateur surpris. La peur peut être présente, mais c'est surtout l'angoisse qui va s'installer tout au long du film. En effet la personnage principal, Jay est une jeune fille tout ce qu'il y a de normal : elle va en cours, voit ses amis, et sort avec son petit copain. Cependant ce dernier après une scène de sexe va la chloroformer et a son réveille elle va apprendre que Hugh (ce chic type) a couché avec elle dans le but de lui transmettre une MST (Malédiction Sexuellement Transmissible).
La dernière victime de cette malédiction est condamnées à se faire traquer par un être pouvant prendre l'apparence de n'importe qui, et ayant pour unique but de tuer la dernière personne ayant contracter et traquer la personne précédente, jusqu'au début de la chaîne. Seule point positif : cette chose qui traque les héros ne fait que marcher, pratique pour garder ses distances, à conditions de ne pas baisser son attention
Et c'est d'ailleurs ce que créee le film, une sorte de paranoia quand on voit les héros dans la rue, tout le monde marche, parfois en direction de Jay, des fois on pense qu'il s'agit du ~suiveur~ mais ce n'est en fait que de simples passants, et parfois on pense qu'il s'agit de simples passants et c'est la chose.

L'extrait arrive A$AP.

L'extrait se situe vers la fin du film, pas mal de choses se sont passées, mais on n'en sait pas vraiment plus sur la mystérieuse créature qui poursuit Jay. Mais face à l'angoisse permanente, l'équipe du bras cassé (car oui : Jay s'est fracturé les radius/cubitus lors d'un accident de voiture parce qu'elle regardait derrière elle au volant tandis qu'elle tentait d'échapper à la créature) va élaborer un plan trèèès ingénieux : disposer pleins d'objets électriques autour d'une piscine, les brancher et faire rentrer Jay dans l'eau pour attirer le ~suiveur~, SU-PER idée…
Une fois bien installés, la créature arrive enfin, et comme on pouvait s'en douter : rien ne se passe comme prévu, la créature (qui a d'ailleurs pris l'apparence du père de Jay, que l'on a jamais vu à l'écran hormis sur certaines photos chez elle) commence à jeter les différents appareils sur Jay, mais Paul son acolyte fou amoureux d'elle, a pensé à tout : il a amené une arme à feu! C'est alors qu'il commence à tirer un peu au hasard sur quelqu'un qu'il ne voit pas (la créature est invisible pour ce qui n'ont jamais été traqués), et bien qu'ayant touché une de ses compères, il continue de tirer. C'est alors que Kelly a sûrement la seule bonne idée de la soirée : lancer un drap sur la créature pour la repérer. Jay se débat dans l'eau, Paul tire une seconde fois sur la bête : achevée par K.O?
Cet extrait est dans le fond absurde, le plan élaboré par le groupe d'amis n'a aucun sens, cependant en la regardant elle ne porte pas tout-à-fait au sourire. En effet la musique permet de recadrer l'ambiance en instaurant une certaine appréhension avant même que le groupe n'ai rejoint la piscine. La petite musique electronique constituée de sons graves et longs, le tout agrémenté d'une petite mélodie au piano, discrete mais entêtante tandis que Yara raconte au groupe ses permissions de sortir étant enfant (pourquoi?! Ils vont "juste" essayer de se débarasser d'une chose qui les traque…) Une fois la réplique terminée, la musique s'intensifie et s'ettoffe d'une mélodie électronique.
Durant l'installation, la musique rend la chose très formelle, puis une fois que Jay entre dans l'eau, la musique s'arrete, comme un retour à la réalité, angoissante. Arrive alors un son grave, long, maintenant habitués, on comprend qu'il s'agit de la chose. A chaque fois que la créature lance un appareil, le son subit une distorsion et une augmentation subite de volume, pour traduire le choc. Des sons electroniques stridents retentissent lorsque Jay est contrainte de se réfugier sous l'eau heurtée par une télé à tube cathodique, ou un grille-pain.
La scène se termine après que Paul ai tiré sur le ~suiveur~. Tombé dans l'eau, son sang se répend alors dans la piscine comme une nuée ardente, rouge. Jay s'approche malgré tout sur une musique allant crescendo dont les notes stridentes jouent avec nos nerfs : mort ? Pas mort ? Va-t-il surgir ? On ne saura pas.

Fermer

Django unchained

-Rouge Vif-

Djanjo unchained est un western réalisé par Quentin Tarantino et sorti en 2012. Le film raconte l'histoire de django, esclave séparé de sa femme, Brünhild. Un chasseur de prime, le docteur Schultz, lui promet la liberté si Django l'aide pour un contrat. Ce dernier accepte, une fois le contrat achevé, il décide de partir libérer Brünhild. Le docteur Schultz décide alors d'accompagner son nouvel ami dans sa quête. Après plusieurs péripéties, ils retrouvent enfin l'esclavagiste qui détient Brünhild.

[Insérer un extrait vidéo]

L'extrait se situe vers la fin, le docteur Schultz vient de payé la somme pharaonique de 12 000$ pour libérer Brünhild des mains de l'esclavagiste Calvin J. Candie. Il l'a en travers, et alors que Candie joue de sa position de force pour mener Schultz en bourique, ce dernier lui tire dessus, déclenchant une scène de fusillade. Schultz est abattu, c'est alors que Django prend la situation en main pour protégé Brünhild, il s'empare d'un pistolet et commence à tirer sur tout ce qui bouge, c'est alors que le cinéma de Tarantino rentre en scène une n-ième fois dans le film, avec hémoglobine et insultes à profusion. L'effet de tout ce faux-sang qui repeint les murs donne un coté à la fois épique et absurde au combat que mène Django seul contre tous, tel le mythe allemand de Siegfried qui retourne vents et marées pour sauver Brünhild. Mais en plus ce liquide rouge qui s'éparpille dans l'air rend un aspect plutôt esthétique à l'écran ! A cela s'ajoute le titre "Unchained" de James Brown et 2Pac qui souligne un peu plus le coté ~badass~ de Django, déchainé.

Fermer

Victoria

-One Shot-

Victoria est un film dramatique allemand, réaliser par Sebastian Schipper et sorti en 2015. Il retrace la soirée mouvementée d'une jeune espagnole, Victoria, habitant depuis peu à Berlin, durant cette soirée elle rencontre Sonne, un gars plutôt cool qui la présente à ses amis : Boxer, Fuss et Blinker. Ils passent la soirée tous ensemble, mais au petit matin Boxer est embêté, il a passé un marché avec un codétenu du temps où il était prisonnier : il doit braquer une banque. Le boulot doit être fait à quatres mais Fuss est trop ivre pour conduire, c'est alors que Victoria va se retrouvé embarqué dans une histoire pas possible. L'interêt de ce film est qu'il est filmé en caméra portée et en plan séquence, ainsi on a l'impression de faire parti du groupe. Le plan séquence apporte toute sa richesse en définissant l'échelle temps-fictif/temps-réel à un.

Un ~ extrait ~

L'extrait se situe vers les trois quarts du film. L'équipe a réussi le braquage. Cependant loin d'être discrets, ils retournent faire la fête, c'est alors qu'ils sont poursuivi par la police. La caméra portée nous donne l'impression de fuir avec eux, de faire parti du groupe, ainsi au moment ou la police ouvre le feu sur l'équipe et touche Blinker, les impacts sur les vêtements et le bruits des armes ajoutent une dimension de stress peu être pas proche du réalisme, mais moins éloignée qu'un point de vue omnicient ou avec différentes prises de vues.

Fermer

Drive

-Vous montez?-

Drive est un thriller américain réalisé par Nicolas Winding Refn, il sorti en 2011. Drive raconte l'histoire d'un personnage dont un ignore le nom, le jour il est cascadeur et la nuit il se vend en tant que "driver" pour le crime organisé. Un de ses amis a besoin d'argent pour se lancer dans un projet de courses automobiles dans lequel il compte bien entraîner Ryan (on l'appellera Ryan puisque que c'est Ryan Gossling l'acteur). Au même moment Ryan rencontre sa voisine, Irène. Alors que l'alchimie opère entre les deux, le mari emprisonné d'Irène, Standart(de son prénom) est libéré. Bien que les débuts soient difficiles entre les deux hommes, ils finissent par sympathiser. Surtout Standart qui est est un peu dans le pétrin à cause de mauvaise rencontre à la prison. Ryan décide donc de rectifier le tir pour protéger Irène. Cependant le braquage ne se passe pas comme prévu et Standart meurt, il va alors chercher à protéger Irène en éliminant toute menace.

THE extrait.

Cette scène dans l'ascenseur est un des points cruciaux du film, bien que la musique y joue un rôle majeur, il y a quelques effet qui participe, en collaboration avec la musique, à la transmission d'un message sur le personnage qu'incarne Ryan Gossling. En effet, avant de rentrer dans l'ascenceur, Ryan avoue à Irène qu'il était présent lorsque Standart s'est fait tué lors d'un casse qui a mal tourné. Le bruitage de la gifle que se prend Ryan retentit avec une telle intensité, de quoi briser la douceur qui s'installer et réveiller Ryan, car il va avoir du boulot : Irène monte dans l'ascenceur mais un mec louche est déjà dedans. c'est donc tout naturellement que Ryan monte également dans l'ascenseur. Depuis le début de la scène, aucun sons extra-diégétiques. C'est alors qu'un son grave résonne lorsque la caméra révèle une arme à feu dans la veste du deuxième homme. "drive" de Cliff Martinez s'immisse discretement, Ryan met alors son bras entre elle et l'homme de main, comme pour la protéger en la plaçant derrière elle, mais c'est tout naturellement qu'il se retourne pour l'embrasser. Le son ambiant s'est totalement effacé, laissant opérer la poésie de l'acte mélé à la musique toute aussi poétique.
Cette scène marque le point de bascule du film, le début de la chasse à l'homme pour Ryan, en effet, une fois ce baiser d'adieu terminé et la musique arrêtée, Ryan se retourne pour flanquer une raclée à l'homme de main venu pour lui. Il libère alors la part d'ombre du personnage, lui fracassant le crâne à en effrayer Irène qui sort de l'ascenseur encore sous le choc, les portes se referment alors sur Ryan qui lui continu sa route.

Fermer